Geoffroy Cleret

Interview

1. Bonjour, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Geoffroy Cleret. J’ai commencé à travailler à l’âge de 16ans. J’ai fait un apprentissage de mes 16 à 19 ans. J’ai appris le métier avec plusieurs pâtissiers et boulangers, deux ans en pâtisserie et un an en boulangerie. J’ai obtenu un CAP Pâtissier et un CAP Boulanger.

2. Quand et comment avez-vous eu ce déclic pour la gastronomie ?

J’ai eu un déclic pour ce métier à l’âge de 13 ans lors d’un stage professionnel en cinquième et en quatrième alors que j’étais au collège.

3. Pourquoi cette envie d’enseigner ?

J’ai décidé d’enseigner la pâtisserie car depuis tout jeune on m’a confié la responsabilité des apprentis et commis. J’adore me sentir utile et faire plaisir : lorsqu’une personne comprend et met en œuvre ce que je lui ai transmis, je me sens vraiment fier.

4. Pourquoi la Maison Lenôtre ?

La Maison Lenôtre m’a toujours époustouflé par sa grandeur et notoriété, l’image qu’elle dégage. J’avais envie d’enseigner et je savais que la Maison cherchait un formateur alors j’ai foncé.

5. Quel est votre dessert favori ?

Mon dessert favori est l’île flottante. C’est un dessert que j’ai toujours trouvé sur la table le dimanche lors des repas de famille.

6. Votre signature en cuisine/pâtisserie?

Je n’ai pas forcément de signature en pâtisserie. J’aime bien réaliser une tarte de mon apprentissage à base de biscuit sucré, fruits rouges et crème chiboust caramélisée.

7. La recette que vous connaissez les yeux fermés ?

La recette que je connais par cœur est la tarte chiboust de mon apprentissage ou encore le millefeuille au praliné !

8. Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un apprenti ou une personne souhaitant faire une reconversion en cuisine ou pâtisserie ?

Le conseil que je donnerai à une personne en reconversion professionnelle est que c’est un très beau métier de création mais que c’est difficile d’avoir une vie sociale en comparaison des métiers de bureau. Les horaires ne sont pas fixes et c’est souvent physiquement demandant.

9. Le détail sur lequel vous ne transigez pas en cuisine ?

Le détail sur lequel je ne transige pas, c’est qu’il faut rester concentré tout le temps ! Le moindre faux pas, un écart de température, une erreur de grammage peut faire louper la recette donc il faut bien rester attentif.

Archives de cours :